Homme typique – femme typique en flirt

Qu’est-ce que « typique » exactement ?

Le mot indique qu’il s’agit de quelque chose qui correspond à un certain type – dans ce cas le type « homme » ou le type « femme ». Bien sûr, il y a toujours des contre-exemples et des exceptions. Bien sûr – ce serait mal si nous étions tous pareils, n’est-ce pas ?

Par exemple, je pense qu’il est idiot de supposer que les hommes n’aiment généralement pas les fleurs ou n’apprécient que les cadeaux « à haute résistance » (dont Andreas a parlé dans son blog). Tout comme, par exemple, j’aime vraiment aller à la quincaillerie et j’ai pensé que c’était génial d’abattre un mur de notre maison avec un marteau…

Cependant, ce qui ressort toujours de mon séminaire « Entrer en contact », c’est l’exercice avec les groupes de femmes et les groupes d’hommes : nous avons simplement tendance à nous comporter différemment. Il y a des tendances très nettes parmi les participants :

Femme typique de mon expérience

Beaucoup de femmes ont en fait du mal à dire « non » à quelqu’un – ce qui signifie que beaucoup de femmes n’envoient aucun signal lorsqu’elles flirtent, mais se détournent et « feignent le désintérêt », réagissent même parfois négativement au contact. Selon la devise : « Tant que je ne connais pas le mec, c’est mieux si je ne le laisse pas s’approcher, parce qu’une fois que j’ai commencé à lui parler et qu’ensuite je me rends compte qu’il est con, alors je ne peux pas ne plus se débarrasser de lui. »

C’est l’une des nombreuses craintes que presque seules les femmes ont en relation avec le fait de se connaître et de flirter. Et c’est très triste – mais malheureusement, cela ne peut pas être changé non plus, que les femmes doivent surmonter toutes sortes de peurs et de méfiance dans ce contexte. En conséquence, la méfiance est typique pour de nombreuses femmes au premier contact (et donc, cher homme, a en fait très peu à voir avec vous personnellement):

  • Nous, les femmes, apprenons dès le début que les hommes sont dangereux : nous pouvons être molestées, violées, mises enceintes, blessées, tuées par eux. Nous apprenons cela dans notre éducation, à l’école, dans les médias et malheureusement parfois par notre propre expérience.
  • Nous, les femmes, apprenons que nous-mêmes ne devrions pas être « trop ​​faciles à obtenir »: nous ne devrions pas paraître bon marché, nous ne devrions pas apparaître comme si nous en avions « besoin ». En d’autres termes, on ne devrait pas nous dire que nous pourrions aussi trouver le sexe bon. Pourquoi donc? D’une part, parce qu’il pourrait comporter les dangers mentionnés ci-dessus. D’autre part, parce que la société accepte toujours les hommes sexuellement actifs et expérimentés (parfois même les admire : Casanova, Checker, artiste de la séduction, coureur de jupons), mais dévalorise les femmes sexuellement actives et expérimentées (salope, pute, matelas de village).
  • Nous, les femmes, avons plus à perdre : seules 22 % des femmes célibataires en Allemagne ont toujours ou presque toujours un orgasme lors d’un rendez-vous occasionnel. Pour les hommes célibataires, il est de 79 %. C’est le résultat d’un sondage. En d’autres termes, puisqu’il est plus difficile pour la plupart des femmes d’avoir un orgasme que pour la plupart des hommes – et presque toutes les femmes ont expérimenté qu’un homme s’en fichait vraiment, elles veulent s’assurer, si possible, que l’homme s’en soucie vraiment. à leur sujet et ne veut pas seulement les utiliser.
  • Et puis nous avons la variante « Stone Age » : notre subconscient peut aussi être suspect car le flirt signifie la possibilité d’avoir des relations sexuelles et le sexe signifie la possibilité d’une grossesse et d’une progéniture – et vous ne voulez pas cela de n’importe qui
  Gagner une stratégie de retour d'ex

Mais pourquoi tant de femmes trouvent-elles si difficile de simplement dire « non » quand elles ne veulent pas quelque chose ? Pourquoi est-ce si « femme typique » plutôt d’être méfiante ou « trop présente » ? Eh bien, parce que malheureusement on enseigne encore beaucoup plus aux filles qu’elles doivent « être gentilles », qu’elles doivent être populaires. Et qu’elles sont « à blâmer » lorsqu’elles font des promesses à un homme.

Ce n’est peut-être pas évident pour tout le monde, mais beaucoup de femmes se sentent terriblement coupables lorsqu’elles « attirent » quelqu’un puis le rejettent parce qu’elles ont l’impression qu’il lui a donné de l’espoir et qu’il faut maintenant le laisser tomber… Beaucoup d’hommes en profitent pour avoir des relations sexuelles avec une femme contre son gré. (Cela fait également partie de cette réflexion qu’on demande à une victime de viol ce qu’elle portait lorsqu’elle signale un crime.) Tweet de @MSOeming et les centaines d’ajouts qui y sont ajoutés le montrent très clairement – aucune femme ne veut cela.

Alors oui, c’est « une femme typique » d’être méfiante au début lors de l’initiation d’un contact – mais il y a évidemment quelques raisons compréhensibles. Qu’est-ce que tu penses?

Homme typique

Beaucoup de femmes ont en effet déjà fait l’expérience de ne pas pouvoir se débarrasser d’un homme – elles ne peuvent souvent pas s’en débarrasser précisément parce que c’est « l’homme typique », l’expression féminine du désintérêt (réponses hésitantes, monosyllabiques, etc.) à interpréter de telle manière que « l’homme » doit faire plus d’efforts pour impressionner la « femme »…

Pourquoi?

Beaucoup d’hommes craignent le rejet et l’embarras possible qui l’accompagne. Autrement dit, d’après l’expérience de mes ateliers, il est plutôt « typique pour un homme » de réagir avec hésitation à des signaux subtils et d’être plutôt prudent au début d’un éventuel flirt. Cependant, si cette peur a été surmontée ou n’a pas été confirmée et qu’un contact a été établi, alors peu de choses peuvent l’arrêter. Il doit donc y avoir un signal très clair de la part des femmes si le contact n’est pas (ou plus) souhaité.

  Très bons compliments pour les femmes

Précisément le « non » clair que beaucoup de femmes trouvent si difficile car il contredit souvent leur éducation et leur image de soi. Pour un homme, flirter avec une femme est, au début, simplement une « opportunité » – une chance. Et s’il s’ouvre, alors il veut aussi l’utiliser et si possible : gagner ! C’est exactement la raison pour laquelle il est typique des hommes de ne pas abandonner si facilement. C’est en fait une bonne qualité – mais malheureusement parfois dans le mauvais contexte.

Malheureusement aussi l’homme typique : Beaucoup d’hommes (pas tous !) ont du mal à simplement discuter et à développer une relation à travers la conversation. Les hommes préfèrent souvent atteindre un objectif clair, obtenir des informations et impressionner par la communication. Les hommes développent et entretiennent souvent des relations parce qu’ils ont quelque chose ensemble Fabriquer! L’établissement de relations ne se fait pas nécessairement en parlant et en explorant verbalement les points communs.

C’est pourquoi une conversation lors d’un flirt ou d’un rendez-vous peut parfois être épuisante, ennuyeuse ou trompeuse pour une femme :

Comme décrit ci-dessus, les femmes doivent d’abord surmonter les facteurs de méfiance mentionnés ci-dessus lors d’une rencontre – puis développer lentement la confiance en un homme afin de pouvoir s’enthousiasmer pour lui. Puisqu’un homme n’a pas tout cela, il peut s’enthousiasmer beaucoup plus rapidement pour une femme. Il est donc tout à fait possible qu’après quelques phrases seulement, il la trouve assez grande pour vouloir la conquérir. C’est typique d’un homme en ce moment de vouloir l’impressionner – et c’est exactement là que nous trouvons la prochaine pierre d’achoppement :

  Souffrez-vous du syndrome de l'imposteur relationnel ?

Très peu de femmes se laissent impressionner par des histoires et des éloges d’elles-mêmes – elles ne veulent pas être « impressionnées » en ce moment, elles veulent établir la confiance, établir une proximité et être vues elles-mêmes. C’est ce que beaucoup d’hommes qui se retrouvent dans la « friend zone » comprennent au début : ils ont appris à écouter et à montrer de l’intérêt.

Conclusion : Oui, nous sommes différents !

Et ça tombe bien… C’est justement ce qui nous attire. Que nous ne sommes pas « égaux » !

Les gens – hommes et femmes – aiment simplifier les choses. Les préjugés nous aident à rendre le monde « plus facile » pour nous et en quelque sorte aussi « plus sûr ». Mais parfois, nous nous facilitons peut-être trop la tâche si nous mettons simplement ce que nous n’aimons pas dans un tiroir avec « l’homme typique » (ou la « femme typique »).

Les hommes et les femmes produisent des hormones différentes, ont parfois des besoins différents, des façons différentes de percevoir les choses et parfois communiquent différemment pour des raisons différentes…

Je suis partisan de ne pas gronder ce qui nous différencie, mais d’aimer ce qui nous relie et de cultiver ce qui nous complète !

Partagez votre amour

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *